L’exchange Deribit quitte l’Union européenne pour le Panama en réponse à l’AMLD5 (Cryptoast)

 

Deribit, le célèbre exchange de produits dérivés Bitcoin (BTC) et Ethereum (ETH) quitte les Pays-Bas pour le Panama afin d’éviter la 5e Directive Anti-Blanchiment d’Argent de l’Union européenne (AMLD5) qui prend effet dès aujourd’hui, le 10 janvier 2020.

 

Échapper aux nouvelles réglementations

Dans le cadre de l’AMLD5, les exchanges ainsi que les fournisseurs de wallets seront pour la première fois soumis aux règles de l’UE en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. La loi exige l’enregistrement et le devoir de vérification préalable de la clientèle (KYC), ce qui oblige les opérateurs à divulguer l’identité de leurs utilisateurs et à signaler les activités suspectes.

La décision de l’exchange a été communiquée le 9 janvier et la migration sera complètement achevée le 10 février prochain. Le communiquée de Deribit précise :

Si Deribit tombait sous le coup de cette nouvelle réglementation, cela signifierait que nous nous verrions dans l’obligation d’exiger de nos clients actuels et futurs un grand nombre d’informations.

Certaines entreprises de l’industrie ont choisi de fermer leurs portes en réponse à l’AMLD5, en invoquant des préoccupations liées à la protection de la vie privée de leurs clients. C’est notamment le cas de l’application de paiement Bitcoin BottlePay et de la plateforme de mining Simplecoin.

Deribit, en revanche, a fait le choix de se délocaliser. L’exchange assure que l’expérience utilisateur restera en grande partie la même, mais ses serveurs seront déplacés à Londres. Tout ce qui concerne les positions ouvertes des clients, l’historique des transactions, les frais, les limites de taux, les wallets, les fonds, les accords de marge et tous les autres systèmes sera transféré de la société néerlandaise Deribit B.V. à la filiale panaméenne.

Nous croyons que les marchés de la cryptomonnaie devraient être librement accessibles à la plupart des gens, et les nouvelles réglementations mettraient des barrières trop élevées pour la majorité des traders, tant sur le plan de la réglementation que sur celui des coûts.

 

Un KYC tout de même renforcé

Alors que cela décision de délocalisation a été prise pour échapper à l’implémentation d’un KYC supplémentaire, l’exchange a étonnamment dévoilé une nouvelle réglementation à ce sujet.

Le 10 février, le KYC sera rendu obligatoire pour les utilisateurs souhaitant pouvoir retirer plus de 1 Bitcoin sur une période de 24 heures.

Malgré la relocalisation, les résidents des États-Unis ne sont toujours pas autorisés à utiliser les services de Deribit. Une plateforme sœur de Deribit conforme aux réglementations américaine pourrait toutefois voir le jour dans un futur proche.

Le communiqué de Deribit conclut sur le fait que l’entreprise se réserve le droit de fermer immédiatement un compte et de liquider ses positions ouvertes si elle estime que de fausses informations sur le lieu de résidence ont été fournies.

 

Les gouvernements du monde entier prennent aujourd’hui bien plus au sérieux ce qu’il se trame autour des exchanges. L’AMLD5 bouscule déjà beaucoup de choses dans l’industrie des cryptomonnaies et il est probable qu’elle fasse encore parler d’elle dans les semaines à venir. Avec son entrée en vigueur dès aujourd’hui, nous pouvons nous attendre à ce que certaines plateformes annoncent prochainement un renforcement de leur connaissance du client.

 

RECEVEZ UN RÉCAPITULATIF DE L’ACTUALITÉ CRYPTO CHAQUE DIMANCHE

Votre e-mail valide…CONTINUEZ »Form is being submitted, please wait a bit.

L’article L’exchange Deribit quitte l’Union européenne pour le Panama en réponse à l’AMLD5 est apparu en premier sur Cryptoast.

Leave a Reply